Atelier Morelli – présentation du projet

Le livre de famille rédigé par Giovanni di Pagolo Morelli entre 1393 et 1421 est unanimement reconnu comme l’une des « trois couronnes » du genre, aux côtés de la Cronica domestica de Donato Velluti et des Ricordi de Bonaccorso Pitti. Non seulement les Ricordi de Morelli comptèrent parmi les premiers livres de famille édités (1718), mais ils représentent également depuis lors l’écriture privée florentine dans de nombreuses anthologies de la littérature italienne destinées à un public italophone ou anglophone. Des traductions partielles en langue anglaise ont également contribué à faire connaître cette œuvre au-delà des frontières de la Péninsule, mais l’on peut regretter qu’à ce jour, le public francophone n’ait accès qu’au livre de Bonaccorso Pitti.

En effet, le livre de ce dernier (tout comme celui de Donato Velluti) se caractérise par une omniprésence de l’ego du scripteur qui est exceptionnelle dans les livres de ricordi et ricordanze de l’époque, lesquels avaient la famille pour centre de gravité et son devenir pour horizon. L’attention que porte Morelli à la transmission intergénérationnelle rend en ce sens son livre davantage représentatif de l’ensemble auquel il appartient, bien que la variété des thèmes abordés dans les Ricordi et la vivacité de son style en fassent également un livre de famille à part. La grande majorité des livres de ricordi et ricordanze se concentrent en effet sur le devenir de la famille (naissances, mariages, décès, etc.) et de son patrimoine (comptes, biens mobiliers et immobiliers, etc.), n’ajoutant qu’épisodiquement des informations à caractère moral, historique, politique, culturel ou encore médical jugées dignes d’être transmises aux descendants. Dans le livre de Morelli, la part de ces informations est énorme par rapport aux livres de son temps, tandis que les notices comptables au sens strict tout comme les inventaires de biens mobiliers et immobiliers sont absentes. Cela en fait un livre de famille à la fois hors-norme et paradoxalement représentatif de l’ensemble des livres de famille, dans la mesure où il explore presque toutes les voies empruntées ponctuellement par tel ou tel père dans son écriture privée. Cette concentration en fait une sorte de « livre de famille idéal » et une extraordinaire fenêtre ouverte sur le quotidien et la culture des familles florentines aisées de l’époque.

Si la chaîne de transmission familiale que Morelli avait à l’esprit au moment où il écrivit son livre s’est interrompue, son œuvre continue à alimenter de nombreux travaux scientifiques. Une traduction française des Ricordi de Giovanni di Pagolo Morelli permettra donc au public francophone d’accéder à cette œuvre si représentative de l’écriture et de la culture florentine du Quattrocento, tout en présentant un intérêt scientifique en soi. Les spécificités de l’écriture privée de l’époque, qui rendent ces textes difficiles d’accès y compris pour des chercheurs maîtrisant l’italien moderne, méritent en effet d’être considérées comme un objet de recherche à part entière. La phonétique et la morphologie du florentin et du toscan des XIIIe, XIVe et XVe siècles ont été bien étudiées, de même que la syntaxe et la structure textuelle de quelques livres de famille “basiques”, centrés sur le devenir de la famille et de son patrimoine. Le travail d’Alessio Ricci (2005) a ainsi permis de mettre en évidence la tension existant dans ces derniers entre la volonté de récupérer l’autorité que recèlent les documents notariés (souvent latins), en reprenant ou adaptant des formules qui y sont employées, et l’influence des formes de la communication orale chez des auteurs alphabétisés sans pour autant être très cultivés, qui se traduit dans l’articulation (et souvent la désarticulation d’ailleurs) du propos. Au niveau sémantique et lexical cependant, à une époque où la langue vulgaire est en cours de formalisation dans les domaines littéraires et au sein des institutions, on peut encore se demander quel sens les Florentins ordinaires, tels Morelli, attachaient aux termes qu’ils employaient. Dans quelle mesure ces usages étaient-ils redevables de la langue latine, des discours issus des sphères officielles, littéraires, religieuses, économiques ? Voilà quelques-unes des interrogations auxquelles une entreprise de traduction des Ricordi de Morelli pourrait permettre d’apporter des éléments de réponse.

Car la traduction est aussi un « art de lire lentement » (Zancarini, 2007 : 62), afin de prêter attention aux usages de chaque terme au sein de l’œuvre pour respecter sa cohérence et rendre compte de l’univers linguistique et culturel dont elle est issue. La fréquentation assidue et répétée du texte-source qui s’impose au traducteur apparaît ainsi comme une occasion rare de s’arrêter sur les usages langagiers de son auteur. Dans le cas de Morelli, qui revendique une écriture pragmatique, la recherche stylistique est supposée se cantonner à la clarté du propos. Toutefois, l’aspiration didactique de l’auteur le pousse régulièrement à s’inspirer de textes qu’il estime porteurs d’une autorité dont il souhaite investir son texte. Conjuguée à la richesse thématique que nous avons évoquée, cette élaboration formelle a placé sans conteste Morelli dans la tradition des « marchands-écrivains » (Bec, 1967), le distinguant de la masse des « marchands-écrivants » de son temps (Ricci, 2005), ce qui constitue l’un des aspects susceptibles d’alimenter les travaux des membres de l’atelier de traduction.

L’Atelier Morelli, coordonné par des enseignants-chercheurs de l’Université Grenoble-Alpes, est en effet conçu comme un projet de recherche à part entière : les séances des deux premières années seront consacrées à la traduction du texte, tandis que celles de la dernière des trois années prévues pour sa réalisation seront consacrées aux réflexions que le travail de traduction n’aura pas manqué de susciter chez les participants. À l’issue du cycle de séances consacrées à la traduction, les porteurs du projet (E. Leclerc, C. Terreaux-Scotto, S. Stolf) effectueront une révision générale du texte en vue de sa publication (où seront indiqués les noms des traducteurs de chacune des sections). Le cas échéant, les travaux présentés la 3e année du projet pourront également faire l’objet d’une publication, dans le cadre d’un numéro des Cahiers d’études italiennes par exemple.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *