Morelli et les âges de la vie dans la pensée politique florentine

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.35.20Giovanni di Pagolo Morelli compte parmi les sources (nombreuses et variées) du récent livre de Cécile Terreaux-Scotto : Les âges de la vie dans la pensée politique florentine (ca 1480-1532), Genève : Droz (Cahiers d’Humanisme et Renaissance 125), 2015, 464 p. Ce livre se propose de « comprendre, à partir de la représentation que les Florentins se font des âges de la vie, comment et pourquoi la pensée politique républicaine a pu, en fonction de la “qualité des temps” et à la suite de la prédication savonarolienne, exploiter ou remettre en question l’ordre des générations tel qu’il avait été défini dans la cité après la révolte des Ciompi » (p. 66, n. 201).

Si les sermons de Savonarole constituent la source primaire privilégiée du livre, aux côtés d’auteurs de la « génération de la guerre » (p. 198) comme Francesco Guicciardini, Machiavel ou encore Lodovico Alamanni, Giovanni di Pagolo Morelli est convoqué à plusieurs reprises (p. 37, 50, 205, 271, 354) comme témoin d’un état de la pensée politique des Florentins à la charnière du XVe siècle. Il compte ainsi parmi les auteurs de livres de famille dont les voix viennent s’ajouter à celles des chroniqueurs des XVe et XVIe siècles (tels Piero Parenti, Iacopo Nardi, Bartolomeo Cerretani,…), ainsi qu’aux témoignages provenant de textes issus de la pratique politique (comme les comptes rendus des consulte e pratiche, les legazioni e commissarie, ou encore certaines harangues prononcées l’ordre de l’entrée en fonction d’officiers de la République).

Pour plus d’informations: http://www.droz.org/france/fr/6219-9782600018197.html


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *