Septième séance – 16 juin 2017

La septième séance de l’Atelier Morelli aura lieu le vendredi 16 juin 2017, à l’Université Grenoble Alpes, Bâtiments Stendhal, salle G209.

Nous vous accueillerons à partir de 9h30 avec un café avant de commencer nos travaux de la journée. Serge Stolf (Université Grenoble Alpes, traducteur) et Cécile Terreaux-Scotto (Université Grenoble Alpes) et Jean-Claude Zancarini (ENS Lyon), relecteurs, présenteront la traduction de la section 12 des Ricordi (« Già era corso il tempo d’uno benedetto anno… »). Cette présentation sera suivie d’une discussion collective autour des points demeurant problématiques. Après la pause déjeuner, l’après-midi sera consacré à la discussion des choix de traduction effectués en matière de lexique moral et religieux, afin d’harmoniser les pratiques des membres de l’Atelier.

Pour toute question concernant l’organisation de la journée, merci de contacter Elise Leclerc (leclerc.elise@gmail.com).

Morelli et les âges de la vie dans la pensée politique florentine

Capture d’écran 2016-04-24 à 21.35.20Giovanni di Pagolo Morelli compte parmi les sources (nombreuses et variées) du récent livre de Cécile Terreaux-Scotto : Les âges de la vie dans la pensée politique florentine (ca 1480-1532), Genève : Droz (Cahiers d’Humanisme et Renaissance 125), 2015, 464 p. Ce livre se propose de « comprendre, à partir de la représentation que les Florentins se font des âges de la vie, comment et pourquoi la pensée politique républicaine a pu, en fonction de la “qualité des temps” et à la suite de la prédication savonarolienne, exploiter ou remettre en question l’ordre des générations tel qu’il avait été défini dans la cité après la révolte des Ciompi » (p. 66, n. 201).

Si les sermons de Savonarole constituent la source primaire privilégiée du livre, aux côtés d’auteurs de la « génération de la guerre » (p. 198) comme Francesco Guicciardini, Machiavel ou encore Lodovico Alamanni, Giovanni di Pagolo Morelli est convoqué à plusieurs reprises (p. 37, 50, 205, 271, 354) comme témoin d’un état de la pensée politique des Florentins à la charnière du XVe siècle. Il compte ainsi parmi les auteurs de livres de famille dont les voix viennent s’ajouter à celles des chroniqueurs des XVe et XVIe siècles (tels Piero Parenti, Iacopo Nardi, Bartolomeo Cerretani,…), ainsi qu’aux témoignages provenant de textes issus de la pratique politique (comme les comptes rendus des consulte e pratiche, les legazioni e commissarie, ou encore certaines harangues prononcées l’ordre de l’entrée en fonction d’officiers de la République).

Pour plus d’informations: http://www.droz.org/france/fr/6219-9782600018197.html

L’ Atelier Morelli aux Rencontres édition-traduction (Université de Lorraine, 19 octobre 2015)

Du 23 septembre au 30 novembre 2015, Pascale Mougeolle et Pérette-Cécile Buffaria organisent à l’Université de Lorraine (Nancy) un cycle de conférences consacré aux pratiques de l’édition et de la traduction.

Il s’agit d’échanger sur les pratiques en matière de traduction et d’édition, principalement en France et en Italie, pour interroger les diverses manières de se confronter à un texte « éloigné » que l’on édite, que l’on traduit. En France, en Italie, en Europe en général, les usages en matière d’édition critique, de philologie, de traduction ont évolué ces 20-30 dernières années, tant pour ce qui est de leurs objets que de leurs enjeux. Quels sont les points communs et les différences entre la démarche de l’éditeur et celle du traducteur qui  « effacent » ou « apprivoisent » la distance entre le texte source et les lecteurs auxquels ils proposent leur travail ? Y aurait-il une forme de complémentarité entre l’interprétation critique, l’annotation philologique et la restitution élaborée par la traduction ? Peut-on cerner, à travers le questionnement de l’articulation édition/traduction les tenants et les aboutissants de ces évolutions tantôt parallèles, tantôt croisées ? Les « fictions philologiques », les « « fictions traductives », leurs réceptions, leurs traductions sont-elles susceptibles de nous livrer un savoir en matière de lecture de textes «éloignés » ?

P. Mougeolle, P.-C. Buffaria, « Rencontres édition-traduction », Fabula, sept. 2015 [URL= http://www.fabula.org/actualites/rencontres-edition-traduction_70215.php, consulté le 17 octobre 2015]

L’Atelier Morelli sera présenté par E. Leclerc au cours de la séance du 19 octobre 2015 [http://campus-lettres.univ-lorraine.fr/sites/campus-lettres.univ-lorraine.fr/files/users/seance_3_rencontres_edition_-traduction_.-1.pdf].

seance_3_rencontres_edition_-traduction_.-1

Atelier Morelli – présentation du projet

Le livre de famille rédigé par Giovanni di Pagolo Morelli entre 1393 et 1421 est unanimement reconnu comme l’une des « trois couronnes » du genre, aux côtés de la Cronica domestica de Donato Velluti et des Ricordi de Bonaccorso Pitti. Non seulement les Ricordi de Morelli comptèrent parmi les premiers livres de famille édités (1718), mais ils représentent également depuis lors l’écriture privée florentine dans de nombreuses anthologies de la littérature italienne destinées à un public italophone ou anglophone. Des traductions partielles en langue anglaise ont également contribué à faire connaître cette œuvre au-delà des frontières de la Péninsule, mais l’on peut regretter qu’à ce jour, le public francophone n’ait accès qu’au livre de Bonaccorso Pitti.

Lire la suite